soutien

"Peur à Walcourt: bas les masques", le 8ème numéro de MICMAG sur l'accueil des demandeurs d'asile

Novembre 2015. Environ 200 demandeurs d’asile sont accueillis dans deux centres proches de Walcourt, entité namuroise de 18 000 habitants. Lors d’une réunion filmée par la RTBF, une partie de la population hurle son inquiétude. Cinq mois plus tard, le carnaval bat son plein, les regards se croisent timidement. De brèves rencontres font tomber les masques. Sans mélodrame. Sans eau de rose. Retour sur la peur.

Le nouveau numéro de MICMAG revient sur l'accueil des demandeurs d'asile à Walcourt. Il parle de peur, de crainte, de rencontres avec des "nouveaux voisins" mais aussi de traumatisme entêtés, d'écrivains aussi publics que la musique.

En novembre 2015, des demandeurs d’asile arrivent à Walcourt, tout près de chez Denis. Il craignait pour ses trois enfants. Il était 150 % contre ces arrivées. Aujourd’hui, il ne l’est plus qu’à 50 %. Ça va mieux — pages 4 > 9.

Des horaires de piscine ou des salles de fitness réservées aux femmes. Repli communautaire, symptôme d’une société machiste ? Cette question de genre, c’est surtout du sport —pages 10 > 11.

De recherche de logement en démarches administratives, les écrivains publics libèrent les mots pour arrêter les maux — page 12 tandis que la musique des réfugiés rappelle les talents galvaudés — page 13.

Rencontre avec Reza, réfugié iranien aujourd’hui tête pansante du centre Exil — pages 14 > 15.

La peur nous sauve et nous condamne. Et si, à coups de rencontres et de petits bonheurs, la peur comptait pour du beurre ? — page 16.

Ce 15 avril dans le journal l'Avenir.

Plus d'infos:

www.micmag.be

Dernière modification le mardi 28 juin 2016 10:02